Qui veut la peau du poil ?

Dimanche 10 juillet 2016

An experimental english version is available at the "english" section.

L'origine de la guerre - Orlan



Ce tableau d’Orlan, "L'origine de la guerre", qui fait le pendant à celui de Courbet, "L'origine du monde",
L'origine du monde - Gustabe Courbet
m’inspire une ode aux poils. (Je passerai le choix du titre que je trouve décevant et simpliste. Véhiculer le cliché qui voudrait que l’homme soit responsable des guerres, c’est nier la responsabilité des femmes qui ont élevé ces hommes. Si les mères éduquaient leurs fils avec plus de cohérence, le monde serait certainement moins violent, mais c’est un autre débat.)

Étant née dans les années 70, je n’aurais jamais cru devoir un jour, rappeler aux hommes de ne pas céder à la mode mercantile responsable d'un véritable génocide du poil. Enfin, quoi, ce n’était pas suffisant que nous, les femmes, subissions les diktats occidentaux destinés à nous transformer en Barbies ? Il fallait donc que vous aussi vous y laissiez quelques plumes, ou quelque pelage devrais-je dire.

La femme idéale par Matell



Avez-vous oublié que, depuis des siècles, ce sont les poils que l’on rase quand on veut censurer l’érotisme ? Il faut dire que le poil est le signe de la maturité sexuelle, et le sexe, c’est bien connu, c’est dangereux !  

From human to doll - Alex-Sandwell-Kliszynski
 
From human to doll - Alex Sandwell Kliszynski. C'est sûr que là, Barbie risque pas grand chose....




Je ne m’étendrai pas sur la douceur d’un dos velu ou la beauté d’un torse garni, bien que ce soit les meilleurs endroits pour s’étendre, et me concentrerai sur les délices du buisson pubien.





Voici quelques-unes des raisons qui me font aimer les poils : Le sexe est une activité bénie, qui nous permet d’utiliser nos cinq sens. Sauf que…


LA VUE : un sexe de couleur chair reposant sur une cuisse couleur chair et prenant naissance d’un ventre couleur chair, cela s’appelle un ton sur ton, et les amateurs de peinture savent que rien ne vaut le contraste quand on veut distinguer quelque chose au tableau. L’écrin foisonnant offert par la toison pubienne attire notre attention et met la queue en valeur, car elle la sépare du reste du corps. Quand en plus un trait de poils relie la toison au nombril, vous n’avez plus qu’à suivre la direction. 



Jacques Sultana




L’ODORAT : éradiquer la pilosité, c’est éradiquer une grande partie des phéromones joyeusement lovées dans ce matelas chaud et odorant. Les phéromones sont responsables de la lubrification du vagin et de l’érection, rien que ça ! Mais ces odeurs sont inconscientes, il en existe d’autres, parfums voluptueux qui n’existent que dans ces contrées magiques, à la pliure de l’aine ou sur le pubis, là où le sexe prend racine.



LE TOUCHER : quelle différence existe-t-il entre un tapis de découverte et une moquette toute bête ? La diversité. Les poils caressent nos doigts, et chatouillent le bout de notre nez ou de nos fesses, selon l’usage que l’on en fait. Avec eux, il est impossible de s’ennuyer.



LE GOUT : non, personne ne vous demande de les avaler, mais, privé de l’odorat, le corps devient agueusique et le goût de la peau parait bien fade dans ce désert érotique.




L’OUÏE : la musique créée par le souffle de l’haleine qui balaye… Je rigole, d’accord, les poils ne produisent pas de sons perceptibles par l’oreille humaine. Mais si vous reprenez tout ce qui précède, indirectement, ils sont source de plaisir qui peut conduire à des débordements vocaux. OK, celle partie est tirée par les cheveux… mais qu’est-ce qu’un cheveu sinon un poil qui a grandi ?

Même Ken est content de jouer avec son mini Ken poilu



Le corps privé de sa substance érotique compense par l’agitation ce qu’il a perdu en intensité. À cet endroit, la pornographie rejoint la gymnastique.
Amateur de l’exercice physique, tous les goûts sont dans la nature, mais moi, je préfère faire l’amour avec mes cinq sens. 



Comme dit la chanson : Love is in the hair....






1 commentaire:

Lili Fournier a dit…

Entièrement d'accord!
Les sexes d'homme glabre me dépriment! Ça me fait penser à un étal de charcuterie!
Allez les gars, résistez!