Vous arrivez à penser à autre chose, vous ?

Dimanche 14 avril 2019


Vous arrivez à penser à autre chose, vous ? Non, je ne parle pas de sexe, mais d'une révolution bien plus excitante encore, celle des Gilets jaunes. 
J'ai fait la promotion de d'Etienne Chouard, mais je n'avais pas encore parlé d'un grand philosophe que j'adore : Francis Couzin. 

Toutes ses vidéos sont passionnantes, mais celle-ci me touche particulièrement puisqu'elle parle des artistes. 




Aux Arts Citoyens ! Les artistes voient la vie en jaune

Lundi 31 décembre 2018





Les artistes, comme les 99% de la population française qui ne font pas partie des 1% les plus riches, sont directement touchés par la ploutocratie (du grec ploutos : dieu de la richesse et kratos : pouvoir,  système de gouvernement où la richesse constitue la base principale du pouvoir politique.)

Le capitalisme est le pire ennemie de l’art et des artistes. C’est pour générer de l’argent que l’on nous fait croire que, l’art, c’est quelque chose de rare. C’est pour mieux contrôler et traire comme une vache les artistes qu’on nous fait croire que seule une minorité a du talent. Et paradoxalement, soit on nous vend une pseudo élite artistique « bankables » et malléable à souhait  à des prix exorbitants, soit on nous abreuve  d’artistes bas de gamme, chanteurs préfabriqués, écrivaillons sans imagination, séries interchangeables pour abétifier et désensibiliser la masse qui n’a pas les moyens d’accéder au talent.
Qu’y a-t-il au milieu ? Qu’y a-t-il entre un Michael Jackson et un Gangnam style ? Il y a des millions d’artistes, chanteurs, musiciens, peintres, photographes, écrivains, danseurs… et en face, il y a des millions, des milliards d’êtres humains qui ne demandent que ça, d’écouter de la bonne musique, regarder un bon film, regarder de la bonne peinture, lire un bon livre. Pourquoi attendre des semaines avant d’aller écouter un artiste en concert ? C’est tous les soirs que les êtres humains ont envie d’aller danser.
Qu’est-ce qui nous empêche de jouir de cette source intarissable d’êtres humains qui ont des choses à exprimer ? Le capital. Les intermédiaires qui n’ont d’autre but que de transformer l’art en ARTgent, et pour ça, ils ont besoin que ce soit rare, que ce soit cher, ou que ce soit bon marché et facile à produire.

Tant que nous vivrons sous le régime de la ploutocratie, les millions, les milliards d’artistes mourront dans l’anonymat, déprimés de ne pouvoir exprimer ce qu’ils sont, et les milliards d’êtres humains que nous sommes devront se contenter des bouffonneries que l’on nous vend à la télévision, les propagandes de guerre que sont devenus les films et les séries, les auteurs littéraires qui écrivent comme on produit des saucisses, des humoristes sans éclats.

Le combat des gilets jaunes pour l’établissement du RIC (Référendum d'initiative citoyenne) est une révolution pour la société. Elle vise à remplacer la ploutocratie par la démocratie et participera ainsi à la libération des artistes.
S’il n’y a plus d’intermédiaires affairistes et si tous les Français (dans l’espoir que nous parlerons un jour du monde entier) sont libérés du joug capitaliste qui les transforme en survivants et en bête de somme qui ne vit que pour « rembourser la sainte dette », alors il y aura partout des artistes qui pourront exprimer leur art, car leurs besoins primaires (manger, avoir chaud et se sentir en sécurité) étant remplis, rien ne les empêchera plus de rayonner, et en face, il y aura tout autant de Français qui pourront jouir de ce qu’apportent ces artistes, nourrir leur imaginaire, nourrir leur réflexion, leur apporter de la détente et de la joie.

Devant ces enjeux capitaux (et non pas capitalistes), pourquoi ce silence de la part des artistes ? Ah ! C’est facile de faire sa promo en s'affichant aux Restos du cœur, ça demande plus de courage de s’engager sur le terrain de la révolution qui remet en question le gouvernement ET les organes d’informations qui sont à leur botte. Je ne jette la pierre à personne. Les vrais révolutionnaires sont diabolisés : bolchévistes, terroristes, extrême droite, antisémites et bientôt violeurs d’enfants, il n’y a qu’à voir ce que les masses média disent des gilets jaunes et récemment d’Etienne Chouard et toute personne qui voudrait prendre le risque d’éduquer la population et leur apporter des solutions pour vivre sans la ploutocratie.
Avant les gilets jaunes et avant Etienne Chouard, Dieudonné qui est passé par ces phases de diabolisation est la preuve qu’en tant qu’artiste, se montrer subversif et refuser de se prostituer pour le gouvernement et les médias, ce n’est pas la fin d’une carrière, au contraire. Cela fait des années qu’il est boycotté et sali par le mainstream, censuré par les organes politiques et pourtant ces dernières années il est l’artiste qui vend le plus de places de spectacle en France. En cela, il est un modèle pour tous les artistes.

Nous les artistes, nous n’avons rien à perdre. Ceux qui sont « bankables » ne perdront pas leurs sources de revenus, bien au contraire, et ceux qui sont méprisés et broyés par le système de rentabilité, ça ne peut pas être pire que maintenant.

Artistes de tous pays et de tous bords, engagez-vous, arrêtez de lécher les bottes du pouvoir qui vous méprise. Chaque fois que vous baissez la tête, que vous faites semblant de ne pas voir, que vous vous cachez derrière une fausse neutralité, vous nourrissez votre dépression. Prenez le risque de sentir la force que l’on ressent lorsqu’on défend des idées cohérentes et révolutionnaires, comme c’est bon de se tenir droit et d’avancer ensemble pour le bien de l’humanité.
Tout le monde n’est pas obligé d’aller sur les ronds-points ou de participer aux manifestations, utilisez votre créativité pour soutenir ce combat. Utilisez votre créativité pour soutenir les gilets jaunes et exiger le référendum d’initiative citoyenne en toute matière, exigez la vraie démocratie.

Aux arts, citoyens !



Pour en savoir plus et vous faire votre propre opinion :


Allo ? Y'a quelqu'un ?

Hauteville-Lompnes, le 24 Octobre 2018



Voilà un bout de temps que je n’ai pas donné de nouvelles. Il faut dire que c’est bien beau d’écrire, mais, parfois, on a juste besoin de vivre et cela n’implique pas d’avoir un clavier au bout des doigts. 
Machine à écrire Tatsuya Tanaka


Je rassure mes lecteurs, je travaille toujours sur les spins off de Dante et Alex (je ne suis jamais vraiment toute seule dans ma tête), mais en pointillé. Je viens d’ailleurs de faire une pause pour corriger une énième fois « Over Lord ». 
https://www.amazon.fr/Over-Lord-Oh-2-ebook/dp/B01H4PSEPG/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1540386175&sr=8-1&keywords=over+lord+laure+elisac


Corriger un roman édité depuis deux ans, c’est aux antipodes de la mode actuelle qui semble être au concours du roman le plus rapidement torché (dans une société capitaliste, que peut-on attendre de plus que du vite-vendu-vite-consommé ?).
C’est suite à la relecture de l’autobiographie de Stephen King « On Writing »
que j’ai eu envie de me replonger dans Over Lord, puis maintenant que j’aurai terminé, Good Lord.
King insiste sur l’importance des paragraphes, et c’est un point qui m’avait échappé lors de ma première lecture, au départ, j’ai juste voulu vérifier que mes paragraphes étaient pertinents et puis ça a fini en réécriture. Je n’ai pas changé l’histoire, elle est bonne, mais quelques tournures de phrases pas assez fluides et quelques coquilles qui me narguaient.
Paradoxalement, je me suis plongée dans la lecture de la Comédie humaine de Balzac (101 romans, j’ai callé au deuxième) et j’ai réalisé que les paragraphes n’étaient pas son fort, ce qui rend ses romans parfois difficiles à suivre. J’ai donc enchaîné dans mes lectures, sans faire exprès, l’exemple et le contre-exemple, la vie est bien faite.

Pourquoi je préfère Caillebotte

Dimanche 06 mai 2018


Pourquoi je préfère Caillebotte aux autres peintres de sa génération ?

Gustave Caillebotte


Parce que pendant que Degas peignait ça (avec talent et éclat, il faut l'avouer) :


Edgar Degas


Discrètement, Caillebotte, peignait ça :

Gustave Caillebotte, Les raboteurs

Et pour ceux qui seraient longs à comprendre, il peignait ça aussi :

Gustave Caillebotte

J'aime la virilité raffinée qui se dégage de ses toiles.

Gustave Caillebotte


Cela me fait réaliser à quel point, dans l'histoire des arts, les œuvres dont on nous abreuve servent le point de vue masculin : La femme, le corps de la femme, sous toutes les coutures, mais très peu de regards sensuels sur l'homme. Heureusement, les artistes homosexuels nous offrent une respiration. Je ne sais pas si Caillebotte était homo, ou bi, ou autre, s'il était là, me dirait surtout de me mêler de mes affaires, mais j'aime le regard d'homme qu'il pose sur les hommes.

Lundi 04 décembre 2017


Chers lectrices et lecteurs, certains d'entre vous ont eu la délicate attention de me contacter après la lecture de Good Lord, pour me dire combien vous aviez aimé cette lecture. Que ce soit par mail, message privé ou commentaire Facebook, cela me fait un plaisir immense de vous lire, mais je m'interroge sur le fait que le livre, bien qu'il soit lu, soit très peu commenté sur Amazon. Je ne cours pas après les compliments, j'ai la chance que vous me les offriez spontanément, et puis j'aime bien aussi qu'on m'égratigne, cela m'a permis de faire beaucoup de progrès dans le passé. Mais les critiques Amazon sont une vitrine qui permet de faire la différence. Plus il y en a et plus Amazon met le livre en avant alors, si vous en avez envie, merci de laisser un avis :-)  

Le lien pour laisser un avis, c'est ICI
 
Ne vous laissez pas distraire par cette paire de fesses, allez plutôt sur Amazon laisser un commentaire !